Entretien avec Marc Knobel, historien

Analyse de Marc Knobelª sur l’antisémitisme qui s’est développé lors de rassemblements antivax et antipass.

1- Durant ces dernières semaines plusieurs événements ont beaucoup marqué notre communauté nationale. Quels sont ceux qui vous ont plus particulièrement touchés et pourquoi?

Je vais vous donner mon sentiment et vous remercie pour cette question. Je suis un humaniste avant tout. Je m’inquiète parce que j’aime mon pays, parce qu’il résonne de toutes les beautés du monde. Je suis effrayé de voir à quel point la violence en politique et dans les réseaux sociaux a gangrené notre pays. A quelle point l’injure et la caricature remplacent/se substituent à ce qui devrait faire partie du débat politique. On peut débattre et se positionner, il faut le faire posément, calmement. L’outrance et la violence ne sont pas des politiques. La stigmatisation, non plus. C’est ainsi que je suis soucieux du sort qui est réservé aux immigrés et aux réfugiés. Comment pourrais-je être insensible au sort des réfugiés syriens, irakiens, afghans moi, dont les grands-parents, Juifs d’Ukraine et de Pologne, ont fui eux aussi, dans les années 1910, les pogroms, l’antisémitisme, la misère, l’expulsion, cherchant désespérément à être “heureux comme Dieu en France?”. J’ai compris alors très tôt -à l’énoncé des récits de ma grand-mère- que, de toutes les gloires de la France, la plus grande des gloires est d’être le pays des Droits de l’Homme. La plus grande des gloires de la France est de proclamer non pas seulement son amour de la liberté, sa quête d’égalité mais son attachement indéfectible à la fraternité.

Devrais-je oublier certains de nos Commandements et la Loi ? Dieu demande d’aimer l’étranger. Ce commandement figure dans le Lévitique et le Deutéronome: « Vous traiterez l’étranger en séjour parmi vous comme un autochtone du milieu de vous ; tu l’aimeras comme toi-même, car vous avez été étrangers dans le pays d’Égypte. Je suis l’Éternel, votre Dieu. » (Lév 19.33) « Vous aimerez l’étranger, car vous avez été des étrangers dans le pays d’Égypte. » (Deut 10.19) L’étranger n’est pas et ne peut être exclu de cet amour du prochain qui est l’essence même de la Loi.

Permettez-moi de donner un exemple, pour illustrer mon propos. Certains hommes politiques ont instrumentalisé dernièrement l’assassinat horrible qui a été perpétré contre le Père Olivier Maire, responsable national des missionnaires montfortains, une congrégation catholique bien implantée dans l’Ouest français. Ce drame aurait dû être évité et cela pose de multiples questions. Mais, l’honneur d’Olivier Maire n’a-t’ il pas été de servir sa congrégation en faisant du bien, en aidant les personnes démunies, rejetées, sans vie, les plus pauvres d’entre nous ?

Lisons les commandements et partageons leur enseignement:

« Que la charité soit sans hypocrisie. Ayez le mal en horreur; attachez-vous fortement au bien » (Romains, 12)… » « Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n’ai pas la charité, cela ne me sert de rien” (Corinthiens, 13). « Heureux ceux qui répandent la paix car Dieu les reconnaîtra pour ses fils » (Évangile de Matthieu, chapitre 5 verset 9).

2- Les évêques de France, par un communiqué, ont vivement réagi à l’utilisation de symboles douloureux de la Shoah lors de récentes Vous-même, avez été directement concerné par le dévoiement de l’étoile jaune de votre père. Pouvez-vous raconter comment vous l’avez découvert et ce que vous avez ressenti à ce moment-là.

Permettez-moi de dire que cette réaction des évêques de France est particulièrement rassurante et émouvante.  Je vais maintenant vous raconter cet épisode douloureux. Au tout début du mois de février 2019, j’avais vu passer quelques tweets déclarant que les gilets jaunes et les Juifs mènent « un même combat. » L’un de ces tweets juxtaposait une étoile jaune et un gilet jaune. Interpellé par cette comparaison pour le moins étrange, infondée et inadaptée, je contactais Jean-Philippe Moinet, le directeur du site Internet de La Revue Civique. Je lui proposais d’écrire un petit article, sous la forme d’un témoignage. Je racontais dans cet article comment, alors que j’avais 9 ans, j’avais trouvé dans un tiroir l’étoile jaune que mon père avait dû porter pendant l’Occupation. En empruntant dans ce récit un style particulier, j’expliquais que j’étais venu chercher mon papa pour lui demander ce que c’était. Mon père l’avait porté, gamin. Mais, il n’avait pas su me l’expliquer car j’étais aussi… un gamin. Pour illustrer cet article, j’avais photographié l’étoile jaune de mon père, que j’ai gardée. Et j’avais envoyé sa photographie à La Revue civique. Cette étoile est reconnaissable visuellement. Dans sa branche supérieure, elle est légèrement déchirée, décousue. La trace de la déchirure est visible à l’œil nu et elle apparaît clairement. D’autres branches sont légèrement bombées et quatre traces de pliures apparaissent. L’étoile a dû être pliée, posée, reposée, repliée.

Le temps est passé mais le 17 juillet 2021, un internaute suisse m’a adressé un email. Dans ce mail, ce correspondant me dit qu’il a cherché la source originale de l’image qui a été utilisée pour un montage anti vaccin. De quoi s’agit-il ? Sur Internet et/ou lors de manifestations organisées par des antivaccins, des photographies ont été postées et des gens ont porté des photographies d’étoile jaune. Mais, à la place de la mention « Juif », apparaît une autre mention « Sans vaccin ». Après avoir comparé plusieurs photographies, mon correspondant ajoute qu’il a réalisé qu’il s’agissait de l’étoile jaune portée par mon père à l’âge de 11 ans. Choqué, j’ai vérifié l’information et j’ai comparé la photographie initiale qui avait été publiée dans mon article et d’autres photographies postées sur les réseaux sociaux. Là, la mention « Juif » a été supprimée et remplacée par « Sans vaccin ». Il s’agit bien de la même photographie, postée et repostée sur Internet mais avec cette obscène manipulation. Des gens ont récupéré la photographie initiale archivée sur Google, pour la dénaturer, la transformer, la manipuler. Ces photographies d’une étoile jaune (celle de mon père) sont devenues virales. Elles ont été publiées par des internautes. Il s’agit bel et bien de l’étoile jaune de mon père, mais avec une nouvelle mention. A l’exploitation frauduleuse que l’on a pu faire de l’image initiale, à la comparaison obscène qui est faite entre anti vaccins et Shoah, s’ajoutent donc la perfidie et l’ignominie.

Par la suite, avec l’aide admirable de Bénédicte Sauvaget, de Libération, à qui j’exprime toute ma reconnaissance, j’ai pu raconter cette histoire, qui est aussi une histoire familiale douloureuse et expliquer que tout ne se vaut pas, que tout ne se peut pas [1].

3- Depuis quelques semaines, au gré des manifestations antivaccins et anti-pass, nous voyons apparaître des pancartes avec un slogan “Qui ?” Pouvez-vous expliquer l’origine de ce slogan et comment nous pouvons analyser cette actuelle montée d’un antisémitisme et d’un anti judaïsme “décomplexés” ?

Dès le début de la pandémie, on a vu des propos orduriers sur certaines plateformes qui ciblaient Agnès Buzyn (l’ex-ministre de la Santé, ndlr), son mari l’immunologiste Yves Levy, ou le directeur général de la Santé Jérôme Salomon. Puis ces accusations se sont étendues aux juifs dans leur ensemble. Mais, le slogan à connotation antisémite dont vous faites allusion ici est apparu à la suite d’un entretien accordé en juin 2020 sur la chaîne CNEWS à un général à la retraite, Daniel Delawarde, signataire d’une tribune évoquant « le délitement » de la France, tribune publiée par l’hebdomadaire Valeurs actuelles. A la question posée par le sondeur Claude Pasternak de savoir « qui contrôle la ‘meute médiatique’ ? », Delawarde avait répondu « la communauté que vous connaissez bien », avant d’être coupé par le présentateur, Jean-Marc Morandini. Depuis, des militants d’extrême droite ont adapté ce passage entre Pasternak et Delawarde pour faire resurgir des clichés abjects. En utilisant des codes, comme ils le font souvent, il désigne en réalité leur cible. La communauté juive est accusée de manipuler le pouvoir, d’engranger les bénéfices grâce aux vaccins ou de chercher à empoisonner la population. Ces accusations gravissimes montrent que nous n’en avons pas fini avec l’antisémitisme qui est véhiculé par la fachosphère dans les réseaux sociaux et par l’extrême-droite.

4-Selon-vous, comment ensemble nous pouvons lutter contre cette résurgence de l’antisémitisme et œuvrer à l’avènement d’une fraternité universelle ?

L’antisémitisme, comme toute autre forme de racisme, est inacceptable. Il est une injure faite aux valeurs de la République et ses effets peuvent se révéler dramatiquement, car ceux qui l’instrumentalisent s’illustrent par leurs appels incessants à la haine, à la violence et au meurtre. Quelle étrange défaite de la démocratie, ce serait de laisser les extrémistes ou les islamistes envahir nos vies et régler notre monde. Et, parce qu’il est une menace pour la République, ce combat doit être celui de tous les humanistes et démocrates.

[1] https://www.liberation.fr/societe/religions/antivax-et-antipass-ils-ont-falsifie-letoile-jaune-de-mon-pere-20210801_FT2U7WCRHVF6ZERBSMMG4ERNHQ/

ª Dernier livre paru :Cyberhaine, propagande et antisémitisme sur Internet, chez Hermann
Collection(s) : Questions sensibles